10 février 2020

Poulyny, destin d’une ancienne localité du grand-duché


Étonnant est le destin de cette petite ville ukrainienne de quelque 5000 habitants qui se nomme aujourd’hui Poulyny. Étonnant mais pourtant guère plus mouvementé que nombre de localités d'Europe centrale et orientale ! Sa première mention écrite remonte au milieu du XIIe siècle : elle s’appelle alors Tchortolissy, ce qui signifie en ruthénien la Forêt du diable. Elle se trouvait sur la route de Kiev vers les terres occidentales. Au XIVe siècle, elle est rattachée au grand-duché de Lituanie puis passe aux mains de seigneurs polonais au XVIe siècle, lors de l’instauration de la République des Deux Nations. C’est en 1578 qu’elle prend le nom de Poulyny, celui d’un magnat polonais. En 1793, à l'occasion de la deuxième partition de la Pologne-Lituanie, la localité est annexée par l'Empire russe et est rattachée au district de Jytomyr dont l’emblème héraldique inclut d’ailleurs toujours le Vytis lituanien (illustration). C’est au XIXe siècle, notamment après l’abolition du servage en 1861, que ce qui n’était encore qu’un village devint une ville prospère. Des immigrants de langue allemande, venant des vallées du Danube et du Rhin, s’implantèrent à Poulyny et dans les villages environnants. Ils contribuent à y diversifier l’agriculture et à y développer l'artisanat et l'industrie. Y sont ainsi fondées des fabriques de bougies et d'allumettes et une usine de meubles, ainsi que, au début du XXe siècle, une fonderie de fer, un moulin à vapeur, deux brasseries, une fabrique de tuiles et d'objets en céramique. Après la Révolution russe et la guerre civile, le régime soviétique ne parvient à s’établir à Poulyny qu’en juin 1920. Le 20 juin 1930, elle devient le centre administratif du Rayon autonome allemand de Poulyny (Pulinski nemetski natsionalny raïon), créé par le pouvoir soviétique dans le cadre de sa politique des nationalités et qui regroupe trente selsoviets (villages). En 1934, une vague de répression s'abat sur le rayon autonome, en raison de son faible taux de collectivisation (34 %) et les familles allemandes sont accusées d’être des agents nazis. Le rayon autonome est liquidé en 1935 et les germanophones sont déportés par l’Armée rouge vers les steppes arides du Kazakhstan. La ville est rebaptisée Krasnoarmeïsk (‘Armée rouge’). Elle ne retrouvera son nom de Poulyny qu’en 2016, dans le cadre des lois de décommunisation du pays votées par la Rada d'Ukraine en 2015.

Libellés : , , ,