12 juillet 2020

Moi, enfant-loup


À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Soviétiques envahirent la Prusse-Orientale et vidèrent brutalement le territoire de sa population allemande. C'est durant cette période de chaos que la petite Liesabeth Otto, 7 ans, perdit sa mère et sa sœur et se retrouva livrée à elle-même. Fuyant l'armée Rouge, elle échoua en Lituanie avec d'autres enfants. Vagabonds mendiant un peu de nourriture et de chaleur humaine, parfois voleurs, ils dormaient dans les granges en échange de menus travaux : on les appela " enfants-loups ". Auprès de ces familles qui l'accueillirent ou la repoussèrent, Liesabeth apprit une nouvelle langue et finit par être rebaptisée Maria Klemaitė pour effacer ses origines. En Lituanie, elle vit dans la tourmente de l’annexion soviétique, entre collectivisation et lutte entre Frères de la forêt et stribai, puis la vie dans les camps en Sibérie, au Kazakhstan, plus tard les retrouvailles en Lituanie et enfin son retour quasi-clandestin en Prusse-Orientale devenue entre-temps la région russe de Kaliningrad. Le récit autobiographique de cette femme est raconté à la première personne par la réalisatrice et auteur Ingeborg Jacobs, qui l’a rencontrée à plusieurs reprises. Depuis toujours passionnée d'histoire, Ingeborg Jacobs a consacré la majeure partie de son travail au sort des populations de l'Allemagne de l'Est après la Seconde Guerre mondiale, et reçu de nombreux prix de la télévision allemande. Publié en Allemagne en 2010 sous le titre original Wolfskind par Propyläen, le récit parut en France une première fois au Fleuve Noir en 2012 sous le titre Enfant-loup, puis chez France Loisirs dans la collection ‘Le Grand Livre du Mois’ sous le titre Moi, enfant-loup, et enfin en poche. On notera qu’en 2020 parut en France, dans la collection ‘Littérature étrangère’ chez Flammarion, un second ouvrage sur ce sujet écrit par le poète et romancier lituanien Alvydas Šlepikas et publié sous le titre À l'ombre des loups.
> Ingeborg Jacobs, Moi, enfant-loup, traduit de l’allemand par Dominique Rotermund, Univers Poche, 2012, 225 pages, 12,00 €

Libellés : , , ,